cuisine-japonaise.com

Décembre 2005

MENU DU MOIS

menu0512

Le sukiyaki est un plat très populaire, mais on ne le mange pas souvent à la maison. Il est plutôt réservé aux invités, la viande de bœuf étant très chère au Japon.
La viande de bœuf japonaise (wagyû) est plus tendre et un peu plus grasse que la viande française, parce qu’elle contient beaucoup plus de gras très fin. Pour obtenir ce type de viande, on élève les bœufs très soigneusement, en leur faisant boire de la bière par exemple, etc.
Pour les Japonais habitués à ce type de la viande de bœuf très tendre, la viande de bœuf européenne paraît un peu dure de temps en temps. Un Français que je connais m’a dit cependant qu’il trouvait la viande de bœuf au Japon trop grasse et trop tendre.

 

GÂTEAU DU MOIS

namayatsuhashi

C’est un gâteau très connu à Kyoto. Si vous visitez Kyoto, vous pourrez trouver partout des magasins qui vendent ce gâteau. Il existe aussi un gâteau doré comme un biscuit qui s’appelle «yatsuhashi» (le mot «nama» signifie «cru»). Ces deux gâteaux sont très populaires.
A Kyoto, on trouve énormément de gâteaux très traditionnels. Ces gâteaux sont utilisés pour la cérémonie du thé, pour la fête, pour les offrandes… Ce sont de vraies œuvres d’art, et en plus, ils sont délicieux !
Si vous visitez Kyoto, il faut absolument les voir et les goûter, avec du thé japonais bien sûr.

Novembre 2005

MENU DU MOIS

menu0511

Les Japonais aiment beaucoup le poisson. On le mange cru, comme vous le savez, ou en le faisant frire, griller, mijoter, etc. Mais il existe aussi manières de consommer le poisson au Japon :

– Le poisson séché (le himono) ; on le laisse sécher deux ou trois jours, et on le mange grillé ;
– Le poisson assaisonné avec de la sauce de soja (par exemple, on met les œufs de saumon dans de la sauce soja pour les conserver) ;
– Le poisson assaisonné avec son intestin : on met des petits morceaux de seiche, de calamar ou de poisson (du chinchard par exemple) dans son intestin, et on le déguste avec du riz ou du saké.
Il existe également plusieurs produits fabriqués avec de la pâte de poisson :
– Le kamaboko et le kani-kama (que l’on appelle « surimi » en France), pâte de poisson préparée à la vapeur ;
– Le satsumaage, pâte de poisson que l’on fait frire.
– Le chikuwa, pâte de poisson consommée grillée.
Il existe au Japon un magasin spécialisé en satsumaage.

Quant au plat « Niku-jaga« , on peut dire que c’était auparavant le plat le plus populaire de Japon, aussi apprécié que la cuisine de maman, très simple et économique. Mais récemment, il n’est pas aussi populaire qu’avant, car les enfants préfèrent les pâtes, la pizza ou les plats occidentaux. C’est dommage !!

 

GÂTEAU DU MOIS

imoyokan

Dans le vieux quartier Asakusa à Tokyo, il y a un magasin très connu de gâteaux japonais qui vend de l’imo-yôkan. Chaque fois que j’ai visité Asakusa, j’en ai acheté. J’aime beaucoup ce gâteau et j’ai essayé plusieurs fois de le faire en France. Mais je ne l’ai réussi que rarement, parce que la patate douce en France n’est pas assez sucrée et qu’elle contient trop d’eau.

Depuis peu, à Paris, on peut acheter dans des épiceries japonaises ou asiatiques de la patate douce aussi sucrée que celle du Japon. Je suis vraiment contente, même si beaucoup de Français qui ne sont pas habitués à la patate sucrée disent que c’est bizarre la première fois qu’ils en goûtent… Mais moi aussi, quand j’ai goûté du riz au lait la première fois, j’ai trouvé cela étrange, parce que je n’étais pas habituée au riz sucré !!! Mais je l’apprécie beaucoup maintenant.

Octobre 2005

MENU DU MOIS

menu0510

En Octobre du Japon, c’est la saison du riz nouveau. Le riz cuit est comme une petite perle qui peut se savourer sans autre plat grâce à son goût délicieux. J’ai choisi pour ce mois des plats qui s’harmonisent bien avec le riz. Mais faites attention à ne pas trop en abuser !

 

GÂTEAU DU MOIS

kurimushicake

Il existe beaucoup de gâteaux japonais qui utilisent des châtaignes.

En automne, on va de temps en temps ramasser des châtaignes dans la montagne, pour les préparer ensuite de retour à la maison. Quand elle en avait beaucoup ramassé, ma grand-mère faisait des châtaignes cuites douces, pour les conserver, comme les français font de la crème de marron.

Ce que je préfère plus, ce sont les châtaignes simplement cuites. Mais en enlevant la peau, je découvre souvent qu’un autre “gourmand” y habite déjà et qu’il a commencé à manger avant moi. Zut !!! Il faut afficher “déjà loué”!

Septembre 2005

MENU DU MOIS

menu0509

Depuis mon enfance, l’okonomi-yaki est un aliment économique. Sur le chemin du retour de l’école, j’allais à l’okonomi-yaki-ya avec mes amis pour en manger. Nous bavardions beaucoup en les faisant nous-mêmes et en les mangeant.
l’okonomi-yaki est encore populaire et beaucoup apprécié au Japon. Il existe deux types d’okonomi-yaki : celui d’Osaka et celui d’Hiroshima. Cette fois-ci, je vous présente celui d’Osaka. (Pour faire celui d’Hiroshima, on ne mélange pas la pâte et les autres ingredients).

 

GÂTEAU DU MOIS

anzuanmaki

Normalement, ce gâteau ne se fait pas à la maison. On le trouve plutôt dans les restaurants spécialisés en monja-yaki, qui sont une sorte d’okonomi-yaki, mangée dans la région du Kanto, particulièrement à Tokyo.
Tout comme l’okonomiyaki, on mange le monja-yaki en le faisant soi-même, à table.

Même si on mange trop de monja-yaki, on peut toujours en manger davantage !

Encore une fois, bon appétit

Août 2005

MENU DU MOIS

menu0508

Comme je l’ai écrit le mois dernier, les Japonais mangent assez souvent des plats froids en été. Pour le corps fatigué par la chaleur, il vaut mieux prendre ce qui se mange facilement, comme le tôfu d’oeuf, en même temps que des aliments riches en vitamine B (comme la viande de porc), efficaces contre le manque d’appétit ou la fatigue.

 

GÂTEAU DU MOIS

mameten

CLe mitsu-mamé est aussi appelé “mame-kan” : il est composé de petits pois rouges (mamé) et de “kanten” qui est fait en agar-agar, avec du sirop (mitsu).

On peut y ajouter d’autres ingrédients, par exemple :
– des fruits – “fruit mitsu-mamé
– l’an – “an-mitsu
– l’an et les fruits – “fruit an-mitsu
– la glace – “crème mitsu-mame
– la glace et l’an – “crème an-mitsu”…
Vous avez compris ? Alors, si on y ajoute des fruits, de l’anet de la glace, comment l’appelle-t-on ? (La “crème fruit an-mitsu!”)

 

Juillet 2005

MENU DU MOIS

menu1

Quand on perd l’appétit pendant la canicule, il faut prendre des aliments nourrissants, même si ce n’est pas beaucoup. Les Japonais pensent que les aliments froids ne sont pas toujours bons pour la santé. En même temps, on sait bien qu’il faut tout de même manger quelque chose pour lutter contre la fatigue physique liée à la chaleur.
Dans ce cas, les nouilles fraîches sont les aliments idéaux pour nous. Tout en les savourant très froides, essayez aussi de consommer quelque chose de très nutritif.

 

GÂTEAU DU MOIS

sorbeogura1

Comme les Français, les Japonais aiment beaucoup les glaces et les sorbets.

Aujourd’hui, il existe de très nombreuses sortes de glaces et de sorbets au Japon, soit pour les enfants, soit pour les adultes. Ils se vendent dans les magasins “convini” et dans les supermarchés. Dans les grands magasins, on peut acheter les parfums de pâtisseries et de restaurants très connus.

Bien sûr, parmi eux, on peut trouver des glace et sorbets fabriqués avec un aliment typique japonais, comme par exemple le matcha, l’azuki (les graines de haricot rouge), etc. Mais en ce moment, ce sont des parfums considérés comme très “spéciaux”.

Quand j’étais enfant, on pouvait manger ce type de glace et de sorbet dans les cafés japonais “kanmi-ya” (On peut y manger des gâteaux japonais), mais ils coûtaient beaucoup moins cher que maintenant.

Cette fois-ci j’ai fait un sorbet à l’azuki que je mangeais souvent dans mon enfance.

Juin 2005

MENU DU MOIS

menu0506

Pour les Japonais qui, originellement, ne mangeaient pas la viande ni de produits laitiers, le menu de ce mois était idéal et très raisonnable. Consommer du poisson, du soja jeune et ses produits dérivés, des algues, etc. nous permet de prendre des protéines, du calcium, des acides aminés, etc.

 

GÂTEAU DU MOIS

warabimochi

Le warabi-ko qui s’utilise pour faire ce gâteau est la farine issue des pousses de fougères arborescentes. Comme le kuzuko, il devient gluant lorsqu’on y ajoute de l’eau et qu’on le chauffe.

Il y a quelques dizaines d’années, on pouvait encore trouver des marchands ambulants de warabi-mochi qui parcouraient les rues l’été, dans leur petite camionnette. Le marchand servait, pour ses petits clients, des warabi-mochi très frais (refroidi avec de la glace) sur une petite assiette en plastique, avec du kinako. Le warabi-mochi que l’on vendait aux enfants n’est pas exactement le même que celui que je vous présente cette fois-ci, parce qu’il n’était pas fabriqué en véritable warabi-ko. Mais les enfants le considéraient comme le vrai warabi-mochi.

Mai 2005

MENU DU MOIS

menu0505

< BENTO >

Cette fois-ci, il s’agit d’un repas à emporter (le bentô), particulièrement à l’école ou au bureau.
Quand on fait un menu de repas à emporter, il faut réfléchir à l’harmonie du goût, de la couleur et de la nutrition. La couleur est très importante, notamment pour les enfants, parce qu’elle les attire et leur donne de l’appétit.

 

GÂTEAU DU MOIS

kusamochi

C’est un gâteau de mochi mélangé avec de l’herbe «yomogi».

Quand j’étais enfant, ma grande mère faisait le kusa-mochi après que nous étions allées ramasser les feuilles de yomogi sauvage dans la plaine. Le kusa-mochi qu’elle faisait était très bon et très moelleux.
II existe deux type de kusa-mochi : celui qui est farci avec de l’an et celui qui est comme le dango avec de l’an.

Avril 2005

MENU DU MOIS

menu0504

La totalité calorique de ce plat est de 1191kcal.

Elle est beaucoup plus élevée que les menus que j’ai déjà présentés à cause de la friture ”tonkatsu”. Beaucoup pensent que la cuisine japonaise est peu calorique. Mais bien sûr, la friture est exceptionnelle. Si vous êtes au régime, vous pouvez choisir pour le tonkatsu la partie de la viande de porc sans gras, et de plus, la faire cuire au four au lieu de la frire.

 

GÂTEAU DU MOIS

karinto

C’ est un gâteau à base de farine de blé.
Les opinions divergent à propos de son origine :
– Au 8ème siècle, il a été importé de la Chine
– Au 16ème siècle, il a été importé de la Chine… ou du Portugal !

En tout cas, on le savoure au Japon depuis l’ancienne époque.
Aujourd’hui on peut l’acheter partout, mais vous pouvez le faire facilement à la main. Saupoudrez les graines de sésame, et la cacahouète broyée selon votre convenance.

Mars 2005

MENU DU MOIS

menu0503

Je vous propose un menu qui correspond à la fête de petites filles “hina-matsuri“, comme l’année dernière. Il est également bien pour recevoir des invités.
C’est plutôt un menu de la région du Kansai (Osaka, Kyoto, etc). Le sushi de la région du Kansai peut se savourer normalement, sans sauce de soja, parce que les ingrédients (les poissons, etc.) sont déjà assaisonnés.
Ce menu contient un peu trop de sel. Mais, heureusement, la pousse de bambou est riche en potassium, qui permet d’éliminer le sel à l’extérieur du corps.

 

GÂTEAU DU MOIS

sakuramochikansai

Il existe deux types de sakura-mochi au Japon : celui de l’ouest, dont la partie mochi est en dômyôjiko, et celui de l’est, dont la partie mochi est en farine de blé et en shiratamako, semblable à un crêpe. Tous deux sont enrobés de feuilles de cerisier saumurées comestibles. Chaque fois que j’en mange, je pense que je savoure “le printemps” ! Cette fois-ci, je vous présente le sakura-mochi en dômyôjiko.

Février 2005

MENU DU MOIS

menu0502

La sardine est un poisson très consommé depuis l’ancienne époque au Japon. Le jour de la veille du printemps (le 3 février), on l’utilise comme décoration des sardines transpercées le rameau d’houx et grillées, pour éviter les maux. On dit que c’est en raison de sa mauvaise odeur que les maux ne veulent pas s’approcher !
Elle se vend très bon marché au Japon comme en France. Récemment, on lui a reconnu d’excellentes qualités nutritionnelles.(Voir la page « la sardine »)

 

GÂTEAU DU MOIS

ukishima

Il existe en France un gâteau du même nom que ce gâteau : l’île flottante. Par hasard, pour faire l’ukishima, on meringue la pâte juste avant de la cuire. C’est un gâteau semblable à un « cake ». Cependant, on ne le fait pas cuire au four, mais à la vapeur. Voilà pourquoi reste moelleux et un peu humide.

Dans ce gâteau, on met des “ama-nattô” , des graine de haricots (soit rouges, soit blancs, etc.) qui sont un peu séchées après les avoir fait cuire plusieurs fois dans du sucre et mariner dans de l’eau sucrée. On les déguste aussi de temps en temps avec le thé vert.

Janvier 2005

MENU DU MOIS

menu0501

Les Japonais accueillent traditionnellement le nouvel an avec les plats d’o-sechi ryôri, qui sont préparés à partir de mi-décembre. Comme premier repas de l’année, nous consommons les plats d’o-sechi ryôri avec le zôni, après avoir bu l’o-toso (le saké doux) en se congratulant. On dit que la coutume qui consiste à savourer le zôni a commencé à la fin de l’ère de Heian (794-1192), alors que celle d’o-sechi n’a que 300 ans d’histoire.

Normalement, on fait beaucoup de plats d’o-sechi ryôri et on les met dans des boites laquées à plusieurs étages. Chaque plat consommé le jour du nouvel an a sa signification. Je vous les présenterai petit à petit.

 

GÂTEAU DU MOIS

agemochi

Ce sont de petits morceaux de mochi séchés et frits.

Pour le nouvel an, dans la salle d’accueil, nous décorons “un kagami-mochi” pour l’offrir à Dieu. Après sa décoration, le 11 janvier, nous découpons les mochi et les savourons en faisant du shiruko ou des age-mochi, en nous souhaitant mutuellement bonne santé et bonheur.

Quant j’étais enfant, à chaque fois que ma grande-mère en faisait, je ne pouvais pas attendre qu’elle les ait finis tous !
C’est plutôt un gâteau apéritif pour les Français, mais il se consomme avec le thé japonais au Japon.


Haut de page