cuisine-japonaise.com

Décembre 2011

MENU DU MOIS

menu1112

C’est la saison de l’oden !!!
C’est un plat très populaire en hiver.
L’oden est certes une cuisine familiale, mais elle est aussi représentative du Yataï (le stand à l’extérieur).

Au Japon, on peut trouver des stands spécialisés pour certains plats que l’on peut manger sur place, même si ce n’est pas en période de fête ou de foire. Par exemple, les yataï d’oden, de yakitori et de ramen sont très populaires. Ces stands sont ouverts plutôt dans les quartiers « business », où ils attendent les travailleurs sortant du travail.
Les bonnes odeurs attirent les gens qui doivent rentrer à la maison et les invitent à s’attarder….

 

GÂTEAU DU MOIS

glacevanilletopping

Cette fois-ci, je vous propose non pas une recette mais juste une façon de servir la glace.
J’ai déjà présenté certaines glaces aromatisées avec des ingrédients japonais.

Mes amies françaises viennent de temps en temps pour manger chez moi. Quelquefois, je leur ai servi de la glace à la japonaise, comme de la glace au matcha, au sésame noir ou à l’an (pâte de haricot azuki)…

Mais à chaque fois, l’une d’entre elles m’a dit :
« Je n’aime pas le matcha, c’est trop amer… »
« Je n’aime pas trop la glace au sésame noir… »
« Pour moi, le haricot sucré est bizarre… »
Pour résoudre ce problème, j’ai trouvé une très bonne solution : faire le topping soi-même!!!
La prochaine fois, j’espère que toutes mes invitées seront contentes !

Novembre 2011

MENU DU MOIS

menu1111

C’est une saison où l’on peut trouver du riz de très bonne qualité.

On commence à trouver du riz nouveau dans les épiceries à Paris. Il vient de Californie, d’Italie, ou d’Espagne. J’espère que certaines sortes de riz nouveau arriveront du Japon prochainement, même si je ne sais pas si c’est désormais possible ou pas.
Le riz nouveau contient davantage d’eau, il faut donc faire le faire cuire avec moins d’eau que d’habitude.
Je vous présente ce mois-ci des plats qui permettent de bien savourer le riz. Attention de ne pas trop en manger !!!

 

GÂTEAU DU MOIS

imokenpi

La saison de la patate douce arrive !!!!
Ce mois-ci, j’ai fait un gâteau très familial, « l’imo-kempi ».

Au Japon, depuis longtemps, certaines écoles maternelles célèbrent un évènement en automne, « imo–hori » (la récolte de patate douce). Les enfants vont chez les agriculteurs, passent du temps dans les champs, et récoltent des patates douces et en mangeant le bentô.

J’y ai moi-même participé étant enfant, seulement une fois, mais c’est un souvenir inoubliable. J’ai creusé le sol, trouvé les patates douces et tiré, tiré et tiré !!! Après, j’ai emporté beaucoup de patates douces à la maison. J’étais vraiment ravie.

Après cette expérience, j’ai toujours eu envie de le refaire, mais malheureusement je n’en ai plus jamais eu l’occasion. De plus, je n’ai jamais habité dans une maison avec jardin.
Il y a quelques années, j’ai finalement planté de la patate douce sur mon balcon. Et en automne, j’ai réussi à les récolter. Eh oui, j’ai fait « imo-hori » !!!

Voilà, j’en suis très fière : c’est la photo de mes patates douces !!!

Octobre 2011

MENU DU MOIS

menu1110

L’automne est arrivé.

Aujourd’hui, certains légumes et fruits sont récoltés tout le temps et certains importés d’autres pays. Au marché, on peut trouver de nombreux légumes à n’importe quelle saison.
Il est vrai que les couleurs sur les étaux de nos marchés ont tout de même beaucoup changé. Mais ce sont pourtant les légumes qui ont accumulé plein de soleil pendant l’été qui peuvent donner à nos corps l’énergie nécessaire pour passer l’hiver.
C’est très simple de manger les légumes de saison, et c’est très important.

Savourez les goûts de l’automne !!

 

GÂTEAU DU MOIS

kuriirianpie

Il y a quelques années, la plupart de français qui ont mangé le daifuku-mochi (la pâte de riz gluant qui enrobe l’an) que j’avais préparé, ne l’avaient pas aimé, en disant que la texture de la pâte ressemblait à de la gomme et que le haricot sucré était vraiment bizarre…

Récemment, j’ai rencontré de nombreux français qui adorent l’an, mais il existe encore beaucoup de gens qui ont du mal à apprécier le mochi. C’est à ces personnes que je recommande ce gâteau !

On peut congeler facilement l’an. Je le conserve habituellement en morceaux dans le congélateur. Cela me permet de faire mes gâteaux quand je veux. Ce gâteau est particulièrement facile à faire si j’utilise la pâte d’an congelée. C’est très pratique !

Il faut toutefois reconnaître que ce gâteau contient bien plus de calories que le daifuku-mochi à cause du beurre….

Septembre 2011

MENU DU MOIS

menu1109

À Paris aujourd’hui, on peut déguster de nombreuses sortes de « donburi-mono » dans les restaurants japonais : le gyû-don, le yakiniku-don, le ten-don, l’oyako-don, l’unagi no kabayaki-don, le katsu-don, etc.

Normalement, le donburi-mono n’est pas vraiment considéré comme un repas élégant. Il y a quelques dizaines d’années, si les enfants mangeaient leur plat en le mettant sur leur riz, ils étaient grondés par leurs parents !

Toutefois, les donburi-mono sont maintenant très populaires pour tout le monde. Aujourd’hui, je ne sais pas exactement combien de donburi-mono existent au Japon, avec toutes les nouveautés qui sont régulièrement proposées.

Quel donburi-mono pourrai-je déguster lors de mon prochain séjour au Japon ?

 

GÂTEAU DU MOIS

okaracookie

L’okara est une pulpe de grains de soja obtenue après la fabrication du lait de soja.
Comme on consomme beaucoup de tofu au Japon, il reste énormément d’okara. Même s’il est le plus souvent jeté ou donné en pâture aux animaux, on l’utilise parfois dans certains plats.

L’okara est très nutritif : il est riche en fibres alimentaires, en protéines, en acides gras, en calcium et en vitamine B, mais il contient en revanche peu de calories. De plus il contient certains éléments particulièrement bénéfiques pour la santé des femmes.

Depuis des années, on utilise souvent l’okara pour faire des régimes au Japon. Certains l’utilisent pour remplacer le riz ou comme source principale de protéines (à la place de la viande ou du poisson). D’autres font des gâteaux d’okara, moins gras et moins sucrés. Grâce à ses fibres alimentaires, l’okara permet en effet de manger moins riche.
Je vous présente aujourd’hui l’okara cookie… mais ce n’est pas un gâteau pour faire le régime ! C’est un gâteau assez équilibré en terme calorique, et très bon. Si vous suivez un régime, je vous conseille de réduire la quantité de sucre et de beurre.

Attention de ne pas trop manger en manger quand même !

Août 2011

MENU DU MOIS

menu1108

Maintenant c’est la saison des vacances.

Pendant les vacances, on change le rythme de sa vie quotidienne pour se déstresser.
De plus, les repas des restaurant et des traiteurs sont souvent trop gras et trop salés, et c’est parfois difficile de réfléchir à l’équilibre des aliments dans sa nutrition .
Ce mois-ci, j’ai essayé de faire des plats qui sont plus équilibrés que d’habitude, en pensant aux personnes qui doivent faire un régime, à celles qui doivent baisser leur taux de coprostérol et à celles qui ont allergiques au gluten.

Passez les jours d’été, avec de bon santé,
Bonne vacances!!!

 

GÂTEAU DU MOIS

mochicake

Ce cake est à la mode chez les japonaises qui habitent aux Etats-Unis et qui ont envie de « wagashi » (les gâteaux japonais) . Les mamans dont les enfants sont allergiques au gluten aiment beaucoup ce gâteau, pour lequel on n’utilise pas de farine de blé.

Aux Etats-Unis, on peut trouver plus facilement les ingrédients japonais. Mais ça dépend de la région, et c’est sûr que ça coûte plus cher qu’au Japon !

Cependant, les habitants asiatiques peuvent trouver partout de la farine de riz gluant. Voilà pourquoi les Japonaises l’utilisent pour faire ce gâteau.

En France aussi, on peut aujourd’hui trouver facilement de la farine de riz gluant dans une épicerie asiatique. J’ai d’abord essayé de faire ce cake avec cette farine, mais je préfère finalement utiliser la farine « shiratama-ko » (certes plus difficile à trouver) qui permet de donner au gâteau une texture plus « mochi-mochi » (plus gluante).

Vous pouvez finalement savourer ce cake avec deux textures différentes : « mochi-mochi » (pour l’intérieur) et « saku-saku » (pour l’extérieur).

Juillet 2011

MENU DU MOIS

teppanyaki1

Le teppan-yaki est déjà très connu dans le monde.

Dans certains cas, c’est une cuisine spectaculaire (où certains chefs font voler les steaks en les grillant !!!), mais plus traditionnellement, c’est un plat comparable à la fondue japonaise, pour lequel on se réunit avec la famille ou des amis autour d’une plancha électrique (« hot plate ») pour griller différents ingrédients.
Les ingrédients sont presque les même que ceux des barbecues en France, mais servis avec une sauce à la japonaise (à base de sauce soja, de miso, ou de sésame, etc.).

Les « Okonomi-yaki » et « yaki-soba » sont eux aussi une sorte de teppan-yaki. Cette fois-ci j’ai fini le teppan-yaki en grillant des onigiri, mais vous pouvez aussi le finir avec des yaki-soba.

Le teppan-yaki est un plat idéal en été pour passer un moment sympa avec des amis et une bonne bière !!!

 

GÂTEAU DU MOIS

graniteausake

Cette fois-ci, j’ai fait un granité au saké.
Pour cela, il faut choisir un saké doux et fruité.
On peut le servir pendant le repas ou au moment du dessert… mais pas pour les enfants !

En France, l’achat et la consommation d’alcool est interdite par la loi pour les moins 16 ans, alors qu’au Japon cette interdiction vaut pour les moins de 20 ans. Je ne sais pas combien de personnes observent strictement cette loi au Japon, car depuis quelques années on observe souvent des lycéens qui partent de l’école ou des nouveaux étudiants d’université et boivent de l’alcool lors de fêtes du genre « farewell party » ou « welcome party ».

Moi, j’ai commencé à boire de l’alcool depuis l’âge de 6 ans environ, avec mon père. Comme il était très occupé, on ne pouvait prendre de dîner en famille complète que les dimanche. En cette occation, mon père buvait une bouteille de bière. Et moi aussi, j’en buvais l’équivalent d’un petit verre à liqueur à côté de lui. L’amertume de la bière me plaisait déjà beaucoup !!!

Juin 2011

MENU DU MOIS

menu1106

Cette fois-ci j’ai essayé de faire de la soupe miso sans dashi.

Comme vous savez, le dashi (le bouillon japonais) donne au plat le goût « umami », qui a été trouvé comme 5ème goût fondamental (après le sucré, le salé, l’amer et l’acide). L’umami est produit par certains acides (glutamique, carboxyle, etc.) et se trouve dans les bouillons de poissons, de viandes, dans les fromages, les champignons et certains légumes.
La tomate et l’oignon sont très connus pour leur « umami ». Pour le faire ressortir, il faut bien les faire mijoter ou les sauter.

Le kakiage est une sorte de tempura. Normalement, à la maison, on utilise souvent les ingrédients qui restent dans le frigo et le congélateur. Par exemple, vous pouvez le faire avec du maïs ou du thon en boîte, de l’oignon et du maïs, de l’oignon et de la crevette, etc.
Si vous ne réussissez pas à mettre les boulettes de kakiage dans l’huile, vous pouvez utiliser du papier à cuisiner. Formez une boulette avec le papier découpé à la bonne taille, puis mettez-la dans l’huile en la tournant délicatement. Le papier se décollera tout seul dans l’huile.

 

GÂTEAU DU MOIS

chatsu

Dans une ville où j’ai passé mon enfance, il y avait une pâtisserie japonaise traditionnelle aimée de tout le monde. Chacun achetait des boîtes de gâteaux dans ce magasin pour offrir un cadeau à quelqu’un à l’occasion d’une fête ou d’une visite et de la salutation.
Il existait deux sortes de coffrets à gâteaux : celui avec des dora-yaki (pancake de haricot azuki) et celui avec des chatsû.

Chaque fois qu’on m’offrait un de ces coffrets, j’étais heureuse et impatiente de l’ouvrir, car, j’aimais beaucoup les dora-yaki. Mais souvent, j’ai été déçue….
Pour moi, le chatsû était un gâteau trop discret. Je ne pouvais apprécier ni le goût du matcha, ni celui de sésame. Quand je suis devenue adulte, je suis parvenue à mieux comprendre son goût, avec le thé vert un peu amer.

Mais entre le dora-yaki et le chatsû, lequel préfèré-je ? Hmmm,,,, C’est toujours le dora-yaki….. !

Mai 2011

MENU DU MOIS

menu1105

< BENTO >

Même si elles n’ont pas beaucoup de temps pour le faire (parce qu’elles doivent aller travailler), les mères de famille japonaises préparent le bento tous les matins pour leurs enfants, pour leurs maris ou pour elles-mêmes.

Certaines utilisent, comme en France, des produits déjà prêts ou surgelés. En effet, il existe beaucoup de produits surgelés spéciaux pour le bento au Japon (poulet frit pour bento, korokke pour bento, porc pané, légumes mijotés pour bento, etc.)
Certaines préparent le bento en utilisant les restes des plats de la veille. Par exemple, on peut modifier :
– Le poulet frit en le faisant sauter avec des légumes (légume sauté avec poulet)
– Les légumes à la sauce soja douce en les coupant et en les mélangeant avec du riz (maze-gohan) , ou avec de l’œuf (omelette japonaise)
– Les pommes de terre ou le potimarron à la sauce soja douce en les écrasant, en les formant, et les panant et en les faisant frire. (korokke de pommes de terre ou de potimarron)
– Le poisson grillé, mijoté (furikake de poisson)
– Le sashimi en le faisant mariner et griller (teriyaki de poisson)

Vous pouvez donc faire les plats du ce mois en utilisant d’autres plats, même si je les ai faits à partir d’ingrédients frais cette fois-ci.
C’est très économique !!!!

 

GÂTEAU DU MOIS

kurogomakinakorusk

Au Japon, les pains français se vendent déjà depuis très longtemps.
Ils coûtent toujours 2 à 3 fois plus que chers que ceux que l’on peut acheter en France, tout comme les aliments japonais qui sont plus onéreux dans l’hexagone.

Quand j’étais au Japon, j’achetais une baguette de temps en temps. Mais à cause de l’humidité au Japon, elle perdait sa saveur tout de suite et moisissait. Je ne pouvais donc pas tout manger moi-même à chaque fois. Voilà pourquoi je la coupais pour la congeler, ou la préparais en pain perdu le lendemain matin.
Un jour, j’ai fait du rusk pour « tea-time » avec pas mal de beurre et de sucre. C’était très bon, et j’ai continué à le faire régulièrement… jusqu’à ce que je me souvienne à quel point cela pouvait faire grossir !

Ce rusk est très bon, très savoureux et très nutritif grâce au sésame et au kinako. Mais il est aussi très calorique.

Faites donc attention de ne pas trop en manger !!!!

Avril 2011

MENU DU MOIS

menu1104

Le plat ton-katsu (porc pané) est très populaire au Japon.
On le mange à la maison comme au restaurant. On le consomme en sandwich (katsu-sand), en donburi (un plat avec le riz dans grand bol » – katsu-don.) Les mamans le font aussi pour les dîners des veilles d’examen ou du match, ou carrément en bentô lors de ces jours un peu particuliers.
Pourquoi ?
Le mot japonais « katsu » a un autre sens : « gagner », « vaincre ». Les mamans cuisinent donc ce plat en espérant que leurs enfants réussiront l’examen ou vaincront leurs difficultés. Personnellement, je n’aimais pas les examens, mais j’aimais beaucoup manger le ton-katsu!!!!
Ce mois-ci, j’ai fait un ton-katsu en pensant à toutes les personnes qui ont des difficultés dans le monde entier.

Minna, Gambatte!!!!!

 

GÂTEAU DU MOIS

pannacottaaumacha

  • PANNA COTTA AU MATCHA

Il y a une dizaine d’années, au début de mon séjour en France, j’ai trouvé un gâteau de couleur vert matcha. J’étais très étonnée parce qu’à cette époque-là, j’avais bien entendu qu’un célèbre pâtissier français était très s’intéressait au matcha, mais que je ne m‘attendais pas à trouver un pareil gâteau dans une « boulangerie de quartier ».

J’ai voulu l’essayer et je l’ai commandé en le désignant du doigt (je ne parlais vraiment pas bien le français à ce moment-là !) Une fois à la maison, toute heureuse, j’ai mis dans ma bouche un petit morceau de gâteau en imaginant le goût du matcha. Mais ce n’était pas le goût du matcha. C’était un gâteau à la pistache !

L’autre jour, on m’a offert une petite boîte de macarons d’un pâtissier très connu et je l’ai partagée avec mes amis. Comme personne n’aimait vraiment la pistache, le macaron vert est resté pour moi. Quelle surprise en découvrant que c’était un macaron au thé vert !!!

Aujourd’hui on peut facilement trouver du thé vert « matcha », en poudre, et je pense que beaucoup de monde a déjà essayé de faire un gâteau au matcha, et pas seulement les pâtissiers.

Mais je vous donne juste un petit conseil : pour faire un gâteau au matcha, il faut choisir du matchade bonne qualité, avec une poudre très fine pour bien la mélanger. Attention à ne pas en mettre trop, sinon ce sera amer !

Mars 2011

MENU DU MOIS

menu1103

On prépare souvent un repas avec des sushi pour la fête des filles ou pour les invités.
Le mot « sushi » tel qu’il est utilisé en France ne renvoie qu’à une seule sorte de sushi « nigiri-zushi» au Japon. Mais comme je vous l’ai expliqué plusieurs fois, le mot « sushi » au Japon désigne toutes sortes de plats avec du riz vinaigré.

Les sushi sont classés selon leur forme (nigiri-zushimaki-zushichirashi-zushiinari-zushinare-zushioshi-zushimazé-zushi…) ou leur région d’origine (Osaka-zushifuna-zushibara-zushisasa-zushiméhari-zushikakinoha-zushi…..).

Les japonais font généralement des sushis à l’occasion de fêtes à la maison. Mais nous ne faisons pas de « nigiri-zushi » à la maison, car lorsque nous mangeons des sushi, nous voulons savourer des variétés de bons poissons travaillés parfaitement par le chef-sushi!!!

 

GÂTEAU DU MOIS

sakuramochiyukiko2

J’ai déjà présenté deux sortes de « sakura-mochi » : celui du Kantô (l’est du Japon) et celui du Kansaï(l’ouest du japon).
La façon de faire ces sakura-mochi est différente, mais on utilise les feuilles de cerisier saumurées depuis longtemps.

Au Japon, il y a toujours un petite discussion pour savoir si on doit manger la feuille de cerisier qui enrobe le sakura-mochi ou pas…

Ceux qui n’aiment pas la manger disent qu’elle est trop salée, que la tige n’est pas bonne et son rôle est seulement de parfumer le sakura-mochi.

Ceux qui aiment la manger disent au contraire qu’elle a été saumurée pour qu’on la mange et qu’elle fait partie intégrante du goût du sakura-mochi, aussi bien que l’an….

Moi je mange le sakura-mochi avec la feuille de cerisier… mais je laisse la tige !
Chez moi, pour le sakura-mochi, je n’utilise pas souvent les feuilles, auxquelles je préfère les fleurs de cerisier.

C’est aussi très bon et personne ne les laisse !

Février 2011

MENU DU MOIS

menu1102

Ce mois-ci, je vous présente un menu grâce auquel vous pourrez manger beaucoup de riz (gohan).

Le karashi-mentaiko (les œufs de cabillaud assaisonnés piquants) est très apprécié par les Japonais. On le mange en le posant sur le riz, ou en le mettant dans les onigiri.

On présente aussi toujours du nori sur la table, pour le manger avec du riz.

Les tsukudani (l’algue, les poissons ou coquillages mijotés à la sauce soja), les tsukemono (les légumes saumurés), les furikake (les accompagnements à saupoudrer sur le riz) , sont également disponibles sur la table lors des repas.

Mais il faut faire attention, sinon vous allez vraiment manger trop de riz !

 

GÂTEAU DU MOIS

uguisumochi

Ce gâteau est typique du mois de février.

Au mois de février, au Japon, c’est la saison des fleurs de prunier (ume). Depuis l’ancienne époque, les Japonais apprécient cette fleur, ainsi qu’un petit oiseau nommé « uguisu » (de la famille de la bouscarle de Cetti) que l’on peut voir à la même saison. Nos ancêtres disaient que l’oiseau « Uguïsu » de couleur vert pâle, chantant joliment sur le prunier en fleur rose ou blanc, était très poétique…

Du coup, lorsque ce gâteau a été créé, on l’a nommé « uguisu-mochi ».
Mais…

Les japonais d’aujourd’hui savent que c’était une erreur. En effet, l’oiseau « uguisu » n’est pas vert, mais marron. De plus, « l’uguisu » est très timide, il n’aime pas le plein soleil et ne chante donc jamais les pruniers, trop exposés à la lumière…
L’oiseau vert pâle auquel le créateur du gâteau faisait sans doute allusion est d’une autre espèce et s’appelle « Mejiro »(Zostérops du Japon).
Il aurait donc fallu nommer ce gâteau « mejiro-mochi »… !

Janvier 2011

MENU DU MOIS

menu1101

Akemashite Omedetou gozaïmasu !

À l’ancienne époque où l’on utilisait encore le fourneau (mais pas au gaz ou à l’électricité), il était interdit d’utiliser le feu de la cuisine pendant les trois premiers jours du nouvel an pour qu’un dieu qui garde le feu ne travaille pas et se repose un peu. C’était la raison pour laquelle on faisait les plats d’Osechi (la cuisine pour le nouvel an) qui pouvaient se conserver quelques jours. Avant le 31 décembre, les mamans devait donc finir de tous les préparer !

Aujourd’hui, on achète tous les plats d’Osechi dans les grands magasins ou les restaurants. Et on peut facilement allumer sa plaque de cuisson, même le jour du nouvel an. De plus, les restaurants et les grands magasins sont ouverts et vendent tous les aliments que nous pourrions désirer…

Vous pensez que c’est très pratique ? ou que c’est regrettable ?

 

GÂTEAU DU MOIS

kurianchakin

La châtaigne s’utilise souvent pour les plats d’Osechi. Dans ce cas, elle se fait cuire avec le pépin du gargenia (kuchinashi) pour qu’elle prenne une couleur jaune, comme la couleur de l’or.
(Malheureusement cette fois-ci je n’ai pas utilisé ce pépin !)
Si vous n’aves pas assez de temps, vous pouvez utiliser des châtaignes déjà cuites. Mettez les châtaignes pilées dans une casserole, ajoutez le sucre et l’eau en mélangeant avec une spatule en bois à feu doux.
Cet an de châtaigne peut s’utiliser à la place de l’an de haricot rouge pour faire des gâteaux japonais. Essayez-le!


Haut de page