cuisine-japonaise.com

Février 2013

MENU DU MOIS

menu1302

Cette fois-ci, je vous présente des plats cuisinés à l’occidentale, mais assaisonnés à la japonaise.
Au Japon, pour le repas quotidien, nous utilisons souvent des assaisonnements et des condiments internationaux. Nous cuisinons les ingrédients japonais, mais avec les assaisonnements d’autres pays, comme par exemple le gochujang, les condiments mixtes pour le curry, la coriandre, la pâte d’anchois, etc.

Par ailleurs, de nombreux chefs de cuisine français utilisent aujourd’hui des condiments japonais pour leurs plats, comme la sauce soja, le ponzu, le miso, etc. C’est ainsi que je redécouvre de temps en temps des plats que je suis habituée à manger avec de nouveaux goûts !

Je vous ai déjà parlé de certaines sauces vinaigrette pour la salade faites avec des assaisonnements japonais. Vous aussi, essayez de les utiliser et créez vous-mêmes de nouvelles saveurs !!!

 

GÂTEAU DU MOIS

kurozatodaizu

Le jour du 3 février, c’est le « setsubun » au Japon, ou la veille du printemps selon le calendrier lunaire.
Ce jour-là, on a une coutume de jeter des graines de soja grillées pour chasser la maladie et conjurer le malheur hors de leur maison, en criant « Oni wa soto ! » (« Démon, hors d’ici ! ») et « Fuku wa uchi ! » (« Le bonheur, à l’intérieur ! »). Après, on mange le nombre de graines de soja grillées correspondant à son âge. Normalement ces graines de soja ne sont pas assaisonnés, et donc généralement peu appréciés par les enfants.

Moi non plus, quand j’étais jeune, je n’aimais pas trop cette coutume, et je ne mangeais pas ces graines de soja.

Un jour, alors que j’étais à l’école maternelle, nous avons eu un événement « setsubun » : après avoir jeté des graines de soja contre des oni (les démons… ou plutôt les professeurs déguisés !), on en a donné aux enfants, comme d’habitude. Je ne les ai pas mangées, mais j’ai commencé à jouer avec…

Une heure plus tard, il a fallu que mon professeur m’amène à l’hôpital… J’avais fourré une graine de soja dans mon nez et n’arrivais plus à l’en sortir !
Si ces graines avaient été bien assaisonnées (comme le kokutô-mamé par exemple) je n’aurais pas eu besoin d’aller à l’hôpital!!!!


Haut de page