cuisine-japonaise.com

Septembre 2016

MENU DU MOIS

menu1609

L’onomatopée japonaise “nebaneba” n’a pas d’équivalent en français : elle évoque une consistance qui signifie une consistance forte, collante et gluante. Au Japon, il est assez fréquent d’exprimer certaines textures avec des onomatopées :
– “baribari” ou “garigari” pour la texture “croquante” ;
– “sakusaku”, “paripari”, “shakishaki” ou “korikori » pour la texture “croustillante” ;
– “prunprun” – pour la texture gélatineuse ;
etc….

Attention toutefois : si plusieurs mots expriment effectivement la texture “croustillante”, chacun possède une nuance différente : par exemple, on utilise “sakusaku” pour les biscuits, “shakishaki” pour les légumes frais, et “paripari” pour
les crackers de riz…

J’ai déjà écrit un article sur les mots japonais qui expriment des textures dans un magazine ; certaines recherches on montré que les Japonais possèdent environs 450 mots qui expriment la texture, contre 220 mots pour les Français.
Mais finalement, on utilise surtout des onomatopées !

 

GÂTEAU DU MOIS

tiramisuaumatcha

Aujourd’hui, je vous présente le tiramisu au matcha.
Le matcha est maintenant bien connu en France, comme le yuzu. On l’emploie aussi pour des gâteaux occidentaux, comme par exemple la madeleine, la panna-cotta, le cake etc.
En outre, ces dernières années, on sert aussi des boissons au matcha dans certains cafés à Paris, comme par exemple le “matcha latté”.
À chaque fois que j’en ai vu sur la carte, j’ai essayé, mais malheureusement j’ai été déçue dans la plupart des cas : il n’y avait pas assez de goût de matcha !
Du coup, j’ai demandé quelle quantité de matcha était utilisée ; c’était souvent un quart ou un tiers de la quantité utilisée au Japon.
Finalement, j’ai trouvé deux salons de thé à Paris où on peut déguster un bon matcha latté : le matcha café et le salon de thé du George Cannon.
Si vous voulez vraiment déguster du matcha, c’est là qu’il faut aller !!!


Haut de page