cuisine-japonaise.com

LE KYÛSHOKU

Au Japon, la majorité des établissements primaires a adopté en ce qui concerne les repas du midi le système du kyûshoku qui est celui de la restauration scolaire sur place.
Ses principales différences comparées à la France sont que :
– Les repas se prennent dans la classe-même
– L’organisation du déroulement du repas se fait sous la responsabilité desélèves eux-mêmes.

L’origine de la cantine remonterait en 1870 à Munich en Allemagne où des soupes étaient servies aux élèves des familles les plus démuniés. Pareillement au Japon, c’est en 1899, qu’une école primaire privée de la préfecture de Yamagata commencé à distribuer aux élèves des familles défavorisées des repas composés tout simplement d’onigiris(la boule de riz), de poissons et de légumes saumurés.
Après la seconde guerre mondiale, il a été fait de même auprès des enfants coréens et japonais avec la participation des associations américaines de charité.
Ce n’est qu’à partir d’avril 1952 que le système actuel fut mis en place dans tous les établissements scolaires.

De nos jours, la restauration scolaire fait partie de l’éducation des élèves pour leur inculquer des notions de convivialité, de sécurité alimentaire ou de nutrition entre autres. Cette dernière englobe l’enseignement de ce qu’est un repas équilibré, des informations concernant les produits locaux (utilisés de plus en plus lors de la fabrication des plats) et les cuisines traditionnelles des diffèrentes regions. Parfois, des visites dans des exploitations agricoles ou des usines alimentaires sont même organisées.

Quelques établissements scolaires sont équipés d’une cuisine et comptent des cuisiniers parmi leur personnel, mais en majorité, on fait appel à des professionnels extèrieurs de la restauration colléctive de la municipalité livrant quotidiennement.
De gros contenants renfermants les plats et les garnitures du jour ainsi que les boissons destinées à chacun des classes sont placés dans une pièce qui leur est réservée. Chaque midi, un groupe désigné de chaque classe s’y rend pour les transporter à l’aide d’un chariot en même temps que les couverts et les assiettes. Ensuite ce même groupe d’élèves s’occupe du service et à la fin du rangement. Tout cela se fait en portant une sorte de fichu et un tablier blancs, qui seront nettoyés chaque fin de semaine dans les foyers des élèves qui étaient chargés du kyûshoku.
Les autres élèves sont chargés de changer la dispostion des tables, pour leur permettre de déjouner face-à-face pour favoriser la convivialité. Le maître ou la maîtresse déjeune en même temps que leurs élèves, le repas commencent par « itadakimasu » et se finit par « gochisôsamadeshita ».

Le menu diffère tous les jours et les parents sont informés des repas du mois pour que le repas du soir soit différent de celui du midi afin d’essayer de respecter l’équilibre alimentaire. Ordinairement le repas du midi se compose d’un plat principal et de garniture, auquel se rajoute de pain, du riz ou des nouilles ainsi qu’un dessert. Lors des jours de fête, des repas spéciaux sont proposés et dans d’autre cas des buffets sont organisés à la place du kyûshoku habituel pour que les enfants puissent apprécier leur repas sur diverses formes.

Il est à noter que des mesures d’hygiéne ou sanitaires très strictes quant aux choix des aliments et leurs modes de préparations sont scrupuleusement observées pour protéger les élèves des contaminations bactériologiques ou de certaines allergies. De plus la vaisselle ainsi que les couverts sont choisis avec la plus grande attention selon des critères de sécurité très pointue.

kyushokuhaizen1

kyushokutaberu


Haut de page