cuisine-japonaise.com

“L’OKASHI” DU JAPON

Au Japon, on prend normalement le repas, à 7 heures environ pour le petit déjeuner, à midi pour le déjeuner, et à 19 heures pour le dîner. C’est pour ça qu l’on mange quelque chose de très léger vers 15 heures, “l’heure d’oyatsu”(tea time).

Pour l’oyatsu, on consomme quelques boissons chaudes ou froides, excepte l’alcool. Par exemple, le café, le thé noir ou vert, le jus de fruit, etc. On consomme aussi quelques aliments nommés “o-kashi”. Ce que les Japonais appellent “l’o-kashi”, ce sont des gâteaux (soit sucrés, soit salés comme les gâteaux apéritif), des chocolats et des bonbons (soit des produits artisanaux, soit des produits d’usine).
On savoure souvent tout à fois de l’o-kashi sucré et salé avec la boisson chaude, même si les Français ne le font pas. Contrairement aux Français, les Japonais ne consomment que très rarement des pâtisseries au dessert, éventuellement quelques fruits. Cette habitude alimentaire change récemment, petit à petit.

Quant au marché des produits “o-kashi”, il y a une concurrence très sévère pour gagner les consommateurs qui sont très capricieux et aiment être à la mode.
Au Japon, d’un côté, il est important de donner aux produits “o-kashi”, quelque “caractéristique” spécifiques, par exemple, pour qu’ils soient vendus en version limité.
Premièrement, on leur donne une “caractéristique” saisonnière. Par exemple, cela fait des dizaines d’années, que, en plus des produits habituels, les produits à la saveur “fraise” sont distribués en hiver. Par exemple, le Kitkat, une barre chocolatéev européenne est distribuée, selon la saison, en version limitée, avec un goût “fraise” “chocolat blanc” au Japon. En automne, ce sont plutôt les goûts “marron” et “patate douce” qui sont distribués. .
Deuxièmement, on leur donne parfois une caractéristique typiquement locale, qui permet de donner aux consommateurs une image de rareté, de privilèges et de préciosité, parce qu’on ne peut pas acheter ces produits en dehors de la région limitée. (comme le gâteau français “pim’s” de “LU” à la mirabelle qui ne peut se trouver qu’en Lorraine – ça n’exist pas, réelement .) En plus, malgré leur origine occidentale, les aliments japonais comme le matcha, le kinako, et l’umé, permettent de donner aux chocolats, biscuits, etc., un goût particulier.
Troisièmement, on insiste sur leurs propriétés bénéfiques pour la santé. Récemment c’est le lait de soja qui est très apprécié en raison de son efficacité pour la santé. Il est done naturel que les produits qui en contiennent se vend tout le long d’archipel. Même chose pour les graines de sésame. Pour les personnes qui sont au régime, on trouve de l’o-kashi à base d’algues qui contient peu de calorie.

D’un autre côté, il existe des phénomènes de mode concernant les pâtisseries chaque année. Jusqu’à présent, le cannelé, la crème brûlée, le kouign amann, le tira misu, la tarte aux oeufs (un gâteau portugais)…étaient à la mode. La mode change très vite.

Pour garder et acquérir de nouveau les clients, les entreprises analysent bien les tendances de la société et en profitent pour commercialiser leurs produits. Elles font de la publicité à la TV (Quelle importance !), dans les magazines, etc. Il est difficile de dire si c’est l’o-kashi qui exerce une forte influence sur la mode de la société, ou si la mode pousse à produire toujours de nouveaux o-kashi. En tout cas, sous des aspects très ordinaires, l’o-kashi est un véritable phénomènes de société.

kitkat

kurikoeda


Haut de page