cuisine-japonaise.com

PRUNE “UME“

ume

Au Japon, le fruit du prunier japonais est appelé “ume”, mais en France il est connu sous le nom d’abricot japonais.
Un ume consommé matin et soir quotidiennement permet d’éviter d’aller chez le médecin, c’est ce que dit un vieux dicton japonais qui semble être encore appliqué de nos jours par les Japonais qui croient fermement aux vertus de l’ueé.

Originaire vraisemblablement de la Chine, il semble avoir fait son “apparition” au Japon juste avant l’ère de Nara, au VIIème siécle.
Ses fleurs blanches et roses perlées font aussi l’objet du hanami comme celles du cerisier, mais un peu plus tôt, autour du mois de février, où le froid domine encore. Les ume sont récoltés de la fin du mois de mai au début du mois de juillet . Environ 350 sortes de diverses tailles et formes en ont été répertoriées. Ils sont transformés dès leurs récoltes et ne sont pas consommables tels que.

IL y certains produits à base d’ume : ume-boshi (prune ume saumurée et séchée), umeshu (liqueur de prune ume), ume-su (vinaigre d’ume) et confiture d’ume, etc.

Les vertus de l’ume s’étendent aussi dans le domaine culinaire. Ajouter un ume lors de la cuisson d’un poisson permet d’ôter la partie désagréable de son odeur. Il est considèré comme indispensable de mettre un ume-boshi sur la partie du riz d’obento ou dans le onigiri (la boule de riz), car ce dernier semblerait avoir un pouvoir “stélirisant” permettant de conserver la saveur des aliments. De plus son goût acide très particulier semblerait stimuler l’appétit et faciliter la digestion parmi les acides contenus dans l’uméboshi, l’acide citrique serait surtout efficace pour récupérer de la fatigue ou pour reprendre des forces.


Haut de page