cuisine-japonaise.com

Décembre 2010

MENU DU MOIS

menu1012

La saison de la fondue japonaise arrive !

En décembre, les japonais ont de nombreuses occasions de savourer ce plat, en famille, aves des amis, des camarades ou des collègues. C’est ce que nous appelons en fin d’année : « Bônen-kai », la fête pour saluer l’année qui s’achève.

Dans cette fête, la fondue japonaise est indispensable. Chacun se sert dans la même marmite, en buvant et en chantant. On parle de l’année qui se termine et de ses espoirs pour la nouvelle année.
Si on a beaucoup de relations, il arrive parfois d’avoir à fêter « bônen-kai » plusieurs fois, peut-être même tous les jours ! Même si la fondue japonaise se décline en de nombreuses… cela peut être un peu dur !

 

GÂTEAU DU MOIS

granitedeyuzu

Le yuzu est assez à la mode en ce moment dans la gastronomie française.

Les grands pâtissiers l’utilisent pour faire des macarons et les grands chocolatiers pour faire leur ganache. J’ai même vu l’autre jour du caramel beurre salé au yuzu chez un grand fabricant de beurre en Bretagne !
Bien sûr, les cuisiniers étoilés l’utilisent aussi pour leurs plats.

Grâce à cette mode, on trouve plus facilement des produits à base de yuzu en France (même s’il est encore interdit d’importer du yuzu frais) : du jus de yuzu, du condiment de yuzu (yuzu-kosho) et des zestes de yuzu congelés ou séchés….
Comme j’ai écrit l’année dernière, la fraîcheur du granité est très agréable après la fondue japonaise.

La préparation est certes un peu longue, mais vous ne le regretterez jamais. Il faut l’essayer !!!

Novembre 2010

MENU DU MOIS

menu1011

Cette fois-ci, je vous présente deux plats de sardine.

La sardine est un poisson très important pour les Japonais depuis l’ancienne époque, car ils ne mangeaient pas de viande. La sardine, le chinchard, e le samma et le maquereau étaient alors un apport essentiel de calcium et de protéines.

Malheureusement, aijourd’hui, beaucoup de jeunes Japonais n’aiment plus manger ce type de poisson, car ils se sont habitués à manger de la viande, et qu’ils trouvent les arêtes très ennuyeuses. Finalement, beaucoup de jeunes ne peuvent plus couper un poisson, ni même le toucher ! Si on leur sert un poisson grillé, ils ne savent pas bien le manger et laissent beaucoup de chair…

La façon d’ouvrir la sardine à la main que je vous ai présentée est très facile.
Je vous recommande de l’essayer et de savourer ce plat délicieux… Tant pis pour les jeunes Japonais!!!

 

GÂTEAU DU MOIS

kuriagemanju

Le mois dernier, je vous ai présenté le « kuri no shibukawa-ni ». L’avez-vous déjà essayé ?

Cette année, j’en avais fait beaucoup. Malheureusement, il y avait beaucoup de châtaignes brisées. Bien sûr, j’ai rapidement englouti la moitié de ces châtaignes, mais il en restait encore et je les ai donc conservées.
Ce mois-ci, je les ai utilisés pour faire ce gâteau, le manjû frit.

C’est un très bon gâteau, mais à éviter si vous voulez faire un régime ! Non seulement il est un peu calorique, mais de plus, on a du mal à s’arrêter d’en manger !

Octobre 2010

MENU DU MOIS

menu1010

Aujourd’hui, je vous présente des plats pour lesquels on utilise beaucoup d’aliments de la saison automnale.

Comme je l’ai déjà écrit plusieurs fois, utiliser les aliments de saison, est à la fois idéal pour votre budget et pour votre santé.
De plus, on peut ainsi bien apprécier l’arrivée de chaque saison.
Comme les Français sentent l’automne arriver lorsqu’ils dégustent des cèpes, des coquilles Saint-Jacques ou des huitres, les Japonais reconnaissent cette saison avec le sato-imo, le saumon (d’automne) et les champignons !

Chaque année, je le répète… mais c’est ça notre bonheur !! Savourez bien l’automne !

 

GÂTEAU DU MOIS

shibukawani

Ce sont des marrons au sirop, préparés à la façon traditionnelle japonaise.

« Shibukawa » signifie la peau intérieure du marron. En effet, dans cette façon traditionnelle de préparer les marrons, on laisse cette seconde peau. Pour cela, il faut travailler avec beaucoup de soins et de patience. Mais après la préparation, cette peau devient mangeable et permet de conserver les marrons très longtemps. On peut également les utiliser pour faire des gâteaux japonais.

Chaque année, en automne, je fais beaucoup de pots de « Kuri no shibukawa-ni ».
J’achète beaucoup de marrons et je mets deux à trois jours pour les préparer. La principale difficulté consiste à enlever les fibres attachées à la peau intérieure sans briser la chair de marron, sinon on ne peut plus l’utiliser !

Bien sûr, si vous constatez qu’un petit intrus s’est déjà installé dans le marron pour le déguster, vous ne pouvez pas l’utiliser non plus pour votre préparation !
Cela m’arrive parfois de briser la chair d’un marron alors que j’essaye de le préparer, mais ce n’est pas bien grave… Il finit alors directement dans ma bouche !

Septembre 2010

MENU DU MOIS

menu1009

Cette fois-ci, je vous présente des sandwichs de style japonais.

Oui, les sandwichs existent au Japon, et comme beaucoup de plats ils ont été adaptés au goût des Japonais.

Au Japon on utilise souvent comme ingrédient :
Pour les sandwichs salés
– de la charcuterie (jambon, rosbif, lardons, etc.)
– des plats déjà faits (porc pané, croquette, yaki-soba, etc.)
– des produit à base de poisson (thon en boîte, saumon fumé, etc.)
– du fromage
– des œufs (œuf dur, omelette, etc.)
– des légumes (concombre, tomate, laitue, etc.)
Pour les sandwichs sucrés
– de la confiture, du beurre de cacahouète, etc.
– des fruits (fraises, bananes, etc.)
– de l’an
Vous pouvez imaginer tous ces sandwichs ?

 

GÂTEAU DU MOIS

mitarashidango

On dit que ce dango (boulette) est originaire de Kyôtô. Son nom « mitarashi » est issu du nom d’un pont à côté duquel se trouvait le « chaya »(ancien type de café japonais) où il a été créé.

Le mitarashi-dango est nappé de sauce soja sucrée, mais il existe une autre sorte de dango « shoyu-dango» dans lequel la sauce soja n’est pas sucrée.

Quand j’étais petite, le Mitarashi-dango était très populaire comme goûter pour les enfants. Il y avait des « dango-ya »(des petits stands spécialisés en dango) partout ! Chaque fois que je passais devant ce stand, j’étais alléchée par une bonne odeur de dango grillé et de la sauce soja…. Malheureusement pour moi, mes parents m’interdisaient d’acheter mon goûter moi-même !
Mais un jour, cette délicieuse odeur m’a vaincue. J’ai acheté un mitarashi-dango avec mes amies, et je l’ai mangé sur place pour que mes parents ne l’aperçoivent pas !
À peine arrivée chez moi, ma mère s’est exclamée : « Toi, tu as mangé du mitarashi-dango ! ». Ce n’est qu’n me voyant dans le miroir que j’ai compris : j’avais une magnifique moustache de sauce soja….

Août 2010

MENU DU MOIS

menu1008

J’ai déjà présenté le « nanban-zuke de sardines » (sardines frite marinées à la sauce soja vinaigrée). Ce mois-ci j’ai préparé du « nanban-zuke de saumon » (saumon frit mariné à la sauce soja vinaigrée). Même si ce sont des plats frits, ils restent légers pour l’été grâce au vinaigre et aux nombreux légumes,

Comme l’avez peut-être deviné, l’origine de ce plat est « l’escabèche » espagnole. Mais pour faire le « nanban-zuke », on utilise de la sauce soja et de l’huile de sésame. (Le « nanban » signifiait « Espagne et Portugal » à l’ancienne époque. Ces deux pays nous ont apporté énormément de choses.

Bien sûr, il existe aussi au Japon le « poisson à l’escabèche » original, pour lequel on n’utilise pas de sauce soja ni d’huile de sésame.

Si vous aimez le poisson à l’escabèche, il faut essayer  « l’escabèche à la japonaise » !!!

 

GÂTEAU DU MOIS

froutgelle

Ce que j’imaginais plus populaire en France alors qu’on ne peut pas en trouver facilement, c’est la gelée sucrée de fruit, soit avec de la chair de fruit, soit seulement avec la gelée du jus. Au Japon, on peut en trouver facilement dans les super marchés, dans les pâtisseries et dans les magasins fruitiers.

Les Japonais aiment beaucoup la gelée de fruit. Particulièrement en été, tout le monde apprécie une gelée bien fraîche.

Bien sûr, c’est très facile à faire, et c’est u cadeau très populaire que l’on fait en été (Chûgen). On peut le faire avec de la gélatine, mais aujourd’hui je l’ai fait avec l’agar-agar.

 

* Chûgen : une coutume traditionnelle japonaise, un échange de cadeaux qui se fait rituellement en été.

Juillet 2010

MENU DU MOIS

menu1007

L’anguille est un aliment indispensable pour le mois de juillet au Japon.

En juillet, dans l’ancien calendrier, il y avait une période appelée « doyô », qui désigne les 18 jours précédant l’équinoxe d’été. Traditionnellement, les Japonais mangent de l’anguille durant cette période pour obtenir l’énergie qui leur permettra de supporter la chaleur de l’été.

Le plat « hitsu-mabushi » (le riz à l’anguille grillée) est la spécialité de la ville de Nagoya, dans la région de Chûbu (au milieu du Japon) où l’on trouvait de nombreux élevages d’anguilles.
Cette façon de manger l’anguille était assez particulière, mais aujourd’hui de nombreux Japonais adorent le « hitsu-mabushi ».

On peut trouver de l’anguille grillée congelée dans les épiceries japonaises, coréennes et asiatiques en France.

Essayez ce plat, pour lutter contre la chaleur!!!

 

GÂTEAU DU MOIS

machawarabimochi

J’ai déjà présenté le gâteau « warabi-mochi ». Le matcha warabi-mochi est une autre version de « warabi-mochi ».

Comme j’ai écrit dans la page des « warabi-mochi », c’était un gâteau très populaire que les enfants adoraient. Moi aussi, en été, j’attendais toujours que le marchand de warabi-mochi arrive. Dès que j’entendais sa voix, je courais pour les acheter.

Mais c’était seulement pendant l’été…

Un jour d’hiver, j’avais envie de manger absolument du warabi-mochi. J’ai essayé de le faire moi-même, pendant que ma mère était absente. En utilisant du katakuri-ko au lieu du warabi-ko, j’ai patiemment travaillé la pâte avec la spatule jusqu’à ce qu’elle devienne transparente. C’était un travail très dur pour un enfant !

Mais ce que j’ai obtenu à la fin, ce n’est pas du warabi-mochi : une grosse colère de ma mère et un doigt brulé…

Juin 2010

MENU DU MOIS

menu1006

Au Japon, à la saison de pluie qui commence au mois de juin, on perd l’appétit à cause de l’humidité et de la chaleur. Il est donc très important de prendre des aliments nourrissants, équilibrés, et digestifs. Avant tout, il faut choisir des aliments qui donnent de l’appétit.

Le gingembre est un aliment idéal pour cette saison. D’abord, il ouvre l’appétit. Il est très pratique pour la stérilisation, à une saison où les aliments se périment très facilement. C’est la raison pour laquelle on accompagne les sushi de gingembre vinaigré (Vous pouvez voir d’autres avantages de ce tubercule dans la page « gingembre ».)

La saison du gingembre nouveau, c’est maintenant ! Profitez-en!

 

GÂTEAU DU MOIS

kokutopeanut

C’est une cacahouète au sucre de canne rapadura, qui est une friandise originaire d’Okinawa.

Okinawa, on peut récolter une canne de très bonne qualité. Les habitants d’Okinawa utilisent donc toujours du pur sucre de canne rapadura. Ce sucre est très riche en vitamines et en minéraux (particulièrement en calcium, en phosphore et en fer). C’est bien meilleur pour la santé que le sucre blanc !

Mais faites attention : une fois que vous commencez à le manger, ce n’est pas facile de s’arrêter !

Mai 2010

MENU DU MOIS

menu1005

<BENTO>

En France, aujourd’hui, le bentô est un peu à la mode. Je sais que les boîtes de bentô se vendent bien et je vois de temps en temps des filles françaises en choisir dans un magasin, même si malheureusement je ne suis pas sûre qu’elles mangent les bentô dans leurs boîtes.

Au Japon, nous sommes habitués au bentô depuis notre enfance, que ce soit à l’école, ou au bureau.

Les mamans japonaises pensent donc toujours au bentô que leurs enfants apportent à l’école. Pour eux, elles choisissent avec soin les plats qu’elles mettent à l’intérieur, en pensant à l’équilibre de nutrition, à la couleur, l’assaisonnement (avec de la sauce soja, du miso ou d’autres condiments), à la cuisson (friture, grillade, mijotage, etc.), et bien sûr, avant tout, aux goûts de leurs bambins.
Beaucoup de mamans qui travaillent préparent elles-mêmes le bentô de leurs maris et le leur.
Bien qu’on mange le bentô à l’école avec nos camarades, chaque bentô à un goût unique : celui de sa famille. chaque bento à un goût unique : celui de sa famille.

 

GÂTEAU DU MOIS

gomasenbei

C’est une sorte de « crackers » avec des graines de sésame.

J’en ai trouvé la recette dans un journal japonais il y a deux dizaines d’années. Je l’ai finalement essayé et… j’aime beaucoup ça !
Il faut faire attention de ne pas trop écraser les grains lorsque vous étalez le pâte et de ne pas trop la faire frire. Si vous en faites trop, vous pouvez les conserver quelques jours : soit le pâte au frigo, soit le senbei en évitant l’humidité.

Et puis, il faut faire attention à ne pas trop abuser du senbei ! En effet, comme il se marie très bien avec le thé vert et la bière, on en mange sans y penser…

Avril 2010

MENU DE MOIS

menu1004

Au Japon, l’année scolaire se termine au mois de mars, qui est donc le mois où l’on se sépare. En revanche, le mois d’avril est celui des nouvelles rencontres et des nouveaux départs.
C’est l’occasion de nombreuses cérémonies (pour entrer dans une nouvelle école ou une société). Dans certains cas, on quitte sa famille, la ville où on est né, voire son pays.

Ce mois-ci, je vous présente un menu approprié pour ces occasions.
Traditionnellement, on sert le seki-han (le riz gluant coloré en rouge) parce qu’il est censé éviter les maux. Il est même parfois servi lors de funérailles pour exorciser les maux.
La daurade est aussi souvent cuisinée à l’occasion de cérémonies, puisqu’au Japon c’est le plat traditionnellement servi aux dieux. En outre, son nom japonais, « tai », correspond au mot japonais « medetai » qui signifie « heureux », « à féliciter ».

J’espère que cette année vous aurez l’occasion de vous féliciter de quelque chose !

 

GÂTEAU DU MOIS

yomogimanju

J’ai déjà présenté le kusa-mochi précédement.
Pour faire ce gâteau, on utilise une sorte d’herbe japonaise, le « yomogi » qui est
récoltée au printemps.

Cette fois-ci, j’ai utilisé cette herbe pour faire le du yomogi-manju (brioche au yomogi farcie d’an).

C’est vraiment un gâteau de printemps !

Quand j’étais enfant, on pouvait ramasser du yomogi partout au Japon. Au printemps, j’allais en récolter dans les champs avec ma grande mère, ma sœur et mes cousins. Nous ramassions aussi beaucoup de légumes sauvages.

Lorsque notre panier était plein, nous regardions les têtards sous les ponts et fabriquions des couronnes de fleurs.

Au Japon aujourd’hui, il est de plus en plus rare que les enfants passent du temps comme ça dans la nature. C’est dommage !

Mars 2010

MENU DU MOIS

menu1003

Le mois de mars est celui où je présente le sushi qu’on fait à la maison.

Comme je l’ai écrit plusieurs fois, au Japon, on ne mange normalement pas chez soi les sushi que l’on trouve dans les restaurants de sushi français (comme les nigiri, les maki, le chirashi, etc.). Pour nous, les sushi ne peuvent être préparés que par des cuisiniers spécialisés possédant de nombreuses années d’expérience. Voilà pourquoi nous n’en préparons pas nous-mêmes à la maison.

Par contre, le temaki-zushi est très un plat familial très populaire et se rapproche des sushi que l’on trouve au restaurant. C’est l’occasion d’un repas convivial avec sa famille ou ses amis, où chacun choisit les ingrédients qu’il préfère. De plus, comme chacun prépare soi-même ses portions, on peut contrôler la quantité de riz que l’on consomme.

Bien sûr, il faut choisir de bons poissons très frais, mais vous pouvez également utiliser de nombreux viandes et légumes différents.

Essayez-le à la maison !

 

GÂTEAU DU MOIS

sakuraanshiratama

Au Japon, du mois de mars au mois de mai, on peut voir beaucoup de fleurs comme en France. C’est surtout à la fin du mois de mars que les fleurs de cerisier commencent à s’ouvrir.

Durant cette période, on peut suivre à la météo du Japon le « sakura-zensen » (le front de fleurs de cerisier). Comme le Japon est un pays tout en longueur du nord au sud, les présentateurs météo annoncent le jour de floraison des cerisiers, le sakura-zensenremontant petit à petit vers le nord.

La fleur de cerisier est une fleur très importante pour les Japonais, et qui annonce que le printemps arrive. Cette fleur n’a pas une couleur vive et sa vie est éphémère. Mais c’est justement pour cela que les Japonais aiment beaucoup cette fleur !

Aujourd’hui j’ai fait un gâteau avec du « sakura-an » (l’an à la fleur de cerisier). Cet an est souvent coloré en rose, mais je l’aime bien aussi avec sa couleur naturelle.

J’espère que le printemps arrivera très bientôt !!

Février 2010

MENU DU MOIS

menu1002

Cette fois-ci, je vous présente un plat de tofu, très populaire au Japon, le « yudofu ».

Le seul ingrédient est le tôfu, dégusté simplement avec des yakumi (des condiments comme la ciboulette, le gingembre râpé, etc.). C’est un peu le même principe que le hiya-yakko (tofu froid) que l’on apprécie en été. Ces deux plats sont idéaux pour savourer le vrai goût du tofu. Mais pour cela, il faut choisir du vrai bon tofu !

À Paris, il existe du bon tofu artisanal. Vous pouvez en trouver dans de bonnes épiceries japonaises à Paris. Je vous recommande d’y goûter !

 

GÂTEAU DU MOIS

yokan

Le neri-yôkan est un gâteau très traditionnel au haricot azuki.

À l’origine, il s’agissait d’un aliment qui a été importé de Chine et qui était fait avec de la viande d’agneau. Mais au Japon à cette époque-là, on ne mangeait pas de viande. On a donc fait ce plat avec des haricots azuki.
Je vous avais déjà présenté le mizu-yôkan, mais pour faire le neri-yôkan, on utilise davantage d’agar-agar et moins d’eau que pour le mizu-yôkan.

Même si les ingrédients sont les mêmes, ces deux gâteaux ne se ressemblent pas, ni par leur texture et par leur densité. Certaines personnes préfèrent donc le mizu-yôkan, d’autres le neri-yôkan.

Personnellement, c’est au mizu-yôkan que va ma préférence !
Au Japon, il y a un magasin très connu pour son neri-yôkan, qui s’appelle « Toraya » (il en existe également un à Paris). Ses produits Yôkan sont très appréciés… et très chers ! On les achète surtout pour faire des cadeaux.

Depuis mon enfance, j’aime beaucoup les gâteaux japonais. J’étais donc ravie à chaque fois que quelqu’un nous offrait un gâteau japonais. Mais quand je découvrais que c’était un gâteau empaqueté dans un sac avec un tigre (en japonais « tora ») – et donc probablement un neri-yôkan – j’étais déçue…..

Janvier 2010

MENU DU MOIS

menu1001

Bonne année!

Pour le nouvel an de cette année, je vous présente trois sortes d’o-sechi.
Comme je vous l’ai déjà expliqué auparavant, la cuisine d’o-sechi doit être conservée plusieurs jours. Les plats d’o-sechi sont donc plus assaisonnés que les plats normaux. Si vous les cuisinez pour un repas quotidien, je vous recommande de moins les assaisonner.

Sur ce site, je vous ai déjà présenté une vingtaine de plats d’o-sechi. Maintenant, vous pouvez donc varier ce que vous mettrez dans le « jûbako » (grandes boîtes laquées) !

 

GÂTEAU DU MOIS

mamekinton

C’est une sorte de kinton qui se met dans l’o-sechi et qui est à base de graines de haricot blanc.

Normalement la plupart de gens préfèrent le kinton de châtaigne pour l’o-sechi, en raison de sa très jolie couleur jaune vif et de son goût délicieux. La châtaigne est plus chère que le haricot blanc, on la choisit donc généralement pour le repas de cérémonie ou les réceptions.

Moi aussi, j’aime beaucoup le kinton de châtaigne !
Mais récemment, j’ai appris à mijoter les haricots. Pour bien les faire mijoter, il faut que je sois au calme : si j’ai d’autres choses à faire à côté, je n’arrive pas à cuire les haricots correctement !
Bien sûr, on peut utiliser une marmite autoclave pour le faire facilement et rapidement. Mais j’apprécie aussi d’avoir le temps de faire mijoter mes haricots très calmement et très lentement pour qu’ils aient un goût très doux…. et vraiment délicieux !


Haut de page