cuisine-japonaise.com

NOVEMBRE 2021

MENU DU MOIS

Ce mois-ci, je vous présente une recette de poisson mijoté (Nitsuke).

Les japonais sont très friands de poissons mijotés à la sauce sucrée-salée, car c’est un type de plat qui se marie très bien avec le riz.

Pour le poisson mijoté, on utilise différents types de poissons; avec ou sans leur tête. Si le poisson est gros, il est même possible de n’utiliser que la tête !

C’est d’ailleurs une des parts contenant des morceaux délicieux comme les joues ou les yeux.

Mais d’après mes amis, manger la tête du poisson, quelle qu’en soit la taille, n’est pas chose facile pour les français (en particulier quand on parle des yeux)…

C’est peut-être un challenge pour certains, mais tentez l’expérience !

Je vous le garantis : c’est un vrai délice!

 

GÂTEAU DU MOIS

Nous voici en pleine saison du yuzu !

En France, il est maintenant facile de se procurer en yuzu venant d’Espagne. De ce fait, le yuzu est utilisé en abondance dans les pâtisseries françaises.

Notez qu’au Japon, le yuzu est utilisé en très petite quantité dans les plats : Juste assez pour en apprécier l’arôme à la fin d’une bouchée.

En revanche, dans les régions productrices de yuzu, il est courant de plonger les agrumes dans son bain pour un instant de détente.

Pour le dessert d’aujourd’hui, je vous propose donc un daifuku au yuzu.

Bonne dégustation!

 

 

 

OCTOBRE 2021

MENU DU MOIS

Chez cuisine-japonaise.com, nous avons à cœur de vous présenter des soupes miso en utilisant des produits de saison.

La plupart des restaurants “japonais” en France proposent une soupe miso simple, composée uniquement de tofu et d’algues wakame.

En vérité, la composition de la soupe varie en fonction des familles, de la région ou de la saison. Cela concerne bien entendu les ingrédients principaux mais aussi le type de miso que l’on peut faire varier en fonction du goût que l’on souhaite obtenir.

Plus votre soupe miso sera riche en ingrédients, plus elle sera nutritive, et accompagnée d’un bol de riz, elle peut même faire office d’un repas complet.

Pour ce mois d’octobre, j’ai testé une recette avec du fenouil et des carottes. Le fenouil est un légume peu commun au Japon, c’est une recette quelque peu expérimentale. J’espère que cette soupe miso atypique vous plaira!

 

GÂTEAU DU MOIS

Ce mois-ci, je vous propose un cheesecake à la patate douce.

Lorsque je suis arrivée en France (il y a 20 ans), on ne trouvait pas autant de produits japonais qu’à l’heure actuelle, qu’il s’agisse de fruits et légumes ou de produits transformés. Par conséquent, au début de ce site web, cela limitait les recettes que je pouvais proposer. Aujourd’hui, on trouve un très grand panel de produits japonais donc je me réjouis de pouvoir vous proposer une grande variété de recettes.

On constate bien cette évolution des produits japonais présents en France lorsqu’on compare les variétés de patate douce et de potimarron.

Auparavant, on ne trouvait quasiment que des variétés riches en eau et peu sucrées alors qu’actuellement, on peut trouver des variétés proches de celles du Japon, avec une teneur en sucres élevée et une texture plutôt farineuse, proche de la châtaigne. Pour la réussite de cette recette, je vous conseille d’utiliser ce type de patate douce.

Bonne dégustation!

 

SEPTEMBRE 2021

MENU DU MOIS

Pour le mois de septembre, je vous présente unerecette de domburi facile à préparer pour les midis: Le Chuka-don.

La garniture du chuka-don est en fait un plat à part entière, le Happôsai (porc et légumes sautés à la chinoise).

Au Japon, on mange le happôsai en plat unique mais il est aussi très souvent consommé en domburi.

D’ailleurs, cette manière de le manger est propre au Japon et ça étonne beaucoup les chinois!

Bien évidemment, cela s’explique aussi par le fait que l’assaisonnement du plat a été adapté au goût des japonais.

Je trouve que ce plat est un bon exemple de l’évolution culinaire à travers la mixité culturelle (comme les sushis et les ramens français)!

Pas vous?

 

GÂTEAU DU MOIS

 

Cette année, la pleine lune de la mi-automne (selon le calendrier lunaire) aura lieu le 21 septembre. C’est le même jour que l’équinoxe (ohigan).

Au Japon, il est de coutume de faire une offrande à la lune, le jour de la pleine lune de la mi-automne. Le dango est très couramment utilisé pour cette occasion.

Je vous ai déjà présenté la recette originale de tsukimi-dango précédemment, mais cette fois-ci, je vous propose la version du Kansai!

Tout comme en France, on retrouve des différences culinaires très prononcées entre les différentes zones géographiques du Japon.

Ces différences sont particulièrement remarquables entre les régions Kanto et Kansai : pour un plat du même nom, les étapes de la recette ainsi que l’assaisonnement sont souvent complètement différents.

On raconte que les tsukumi-dango de la région de Kansai représentent la pleine lune masquée par les nuages.

Alors, quelle version de tsukimi dango allez-vous offrir à la lune cette année ?

 

AOÛT 2021

MENU DU MOIS

Cet été, en plus de la chaleur, nous devons faire face à la crise sanitaire qui se prolonge et, dans certains pays, à des catastrophes naturelles.

Pour rester en bonne santé face à tout cela, le mieux est de manger de bons plats sains et nourrissants!

Le plat principal de ce mois-ci est le nanban zuke, une marinade à la japonaise à base de maquereau et de légumes pour faire le plein d’oméga 3 et de vitamines.

Pour cette recette, j’utilise du vinaigre kurozu, reconnu pour ses bienfaits sur la santé. En effet, ce vinaigre contient de nombreux acides aminés positifs pour le corps. La bonne nouvelle, c’est que le kurozu japonais peut se trouver en France!

Alors cet été, faisons le plein d’énergie pour rester en forme!

 

GÂTEAU DU MOIS

Le mizu-yôkan est l’un des desserts typiques de la saison estivale au Japon.

La première recette de dessert d’été que j’ai présentée sur ce site était le mizu-yôkan au “tsubuan”. Cette fois-ci, je vous propose le mizu-yôkan au “koshian” à la texture fine et soyeuse.

Ce dessert est parfait lors d’un coup de fatigue, c’est rafraîchissant et ça se mange facilement !

Il me rappelle mes vacances d’été chez ma grand-mère, où j’en mangeais avec un verre de thé froid après la sieste.

Un vrai délice !

 

JUILLET 2021

MENU DU MOIS

Nous revoilà en juillet! Le mois des nouilles!

Cette fois-ci, je vous présente la recette des Morioka Jajamen.

Située dans la préfecture de Iwate au Nord-Est du Japon, la ville de Morioka est le berceau des Wanko soba (nouilles servies au fur et à mesure par portion dans un même bol) et des hiyashi chuuka soba.

Les Morioka Jajamen sont en fait un dérivé des Zhajiangmian chinoises qui ont été adaptées au goût des japonais en utilisant entre autre des udons comme base de nouilles.

Si vous n’aimez pas trop le piquant, n’hésitez pas à ajuster la quantité de gochujang et de râyu.

Bon appétit!

* Wando soba : https://www.nhk.or.jp/dwc/food/articles/82.html

 

 

GÂTEAU DU MOIS

L’été est là! J’imagine qu’il va faire à nouveau très chaud cette année.

Au Japon, l’arrivée des fortes températures annonce la saison du kakigôri!

Il y en a pour tous les goûts : Au sirop de fruits comme la fraise ou le melon mais aussi au lait concentré, à l’azuki ou encore au matcha.

À Paris, certains salons de thé en proposent pour notre plus grand plaisir mais pourquoi pas opter pour un format bâtonnet (icebar) lorsqu’on est chez soi?

Aujourd’hui, j’utilise de l’azuki pour ma recette de icebar, mais vous pouvez aisément le remplacer par du matcha ou du sésame noir.

À vous de jouer!

 

 

 

JUIN 2021

MENU DU MOIS

La recette principale du mois est du maquereau salé et grillé. Comme en France, le maquereau est, au même titre que la sardine, facilement achetable en poissonnerie au Japon.

Tous deux sont riches en DHA et EPA(des acides gras de la famille des Oméga-3), une bonne raison pour les incorporer dans nos plats.

Le maquereau est cuisiné de manière diverse au Japon : cuit avec du miso, frit, mariné avec du sel et du vinaigre etc. J’ai choisi de vous le présenter grillé avec du sel, une manière simple de le cuisinier mais qui sublime ce poisson.

N’hésitez pas à essayer !

 

GÂTEAU DU MOIS

J’ai remarqué que le bubble tea taïwanais est à la mode depuis quelques années. Il y a toujours des queues devant les magasins en proposant à Paris.

Comme c’est également à la mode au Japon comme aux Etats-Unis, on peut dire que c’est une mode mondiale.

Je vous propose aujourd’hui un pudding de tapioca reprenant une des saveurs les plus appréciées au Japon, le hōji-cha au lait.

Pour gagner du temps, la recette utilise de la semoule de tapioca.

Quand j’y pense, l’un des types de tapioca en France est “Perles du Japon”, n’est-ce pas ? Je me demande pourquoi. Quelqu’un pourrait-il m’éclairer sur l’origine de ce nom ?

 

MAI 2021

MENU DU MOIS

Nous revoici au mois des bentô.

A cause de la pandémie, les restaurants ne sont malheureusement pas ouverts en France au moment où j’écris ces lignes.

Mais malgré tout, j’ai pu voir des personnes avec des plats à emporter sur les bancs publics dans Paris.

J’espère que nous reviendrons vite à un monde où l’on pourra profiter de nos repas avec nos collègues ou ceux qui nous sont chers.

 

 

GÂTEAU DU MOIS

Cette spécialité locale de l’est de la préfecture d’Aichi est très appréciée par les habitants.

Peut-être vous fait-elle penser au dorayaki ? Mais l’utilisation de shiratamako (farine de riz gluant) dans sa pâte lui donne une texture plus élastique et charnue.

L’ô-anmaki original est fourré avec de l’anko (pâte de haricot azuki) mais aujourd’hui, il existe également des variantes avec de la crème pâtissière, du fromage ou de la crème chantilly combinée avec de l’anko ou des fruits.

Des idées à essayer !

 

 

 

AVRIL 2021

MENU DU MOIS

Le plat principal de ce mois-ci est du porc poêlé à la sauce “Teri-yaki”.

Ce plat peut se décliner en donburi sur du riz bien chaud ou encore froid dans un bento.

Cette fois-ci, j’ai accompagné mon plat avec divers légumes de saison.

Savourez ce plat printanier.

 

GÂTEAU DU MOIS

La saison des sakuras est arrivée au Japon ! À cette période, mon pays natal me manque toujours un peu. Cela me rappelle le parc près de ma maison familiale qui se teinte aux couleurs des sakuras à l’arrivée du printemps.

C’est donc en me remémorant ces souvenirs que j’ai préparé des panna cotta aux fleurs de cerisier.

N’hésitez pas à essayer !

 

 

 

MARS 2021

MENU DU MOIS

Pour ce mois de mars, je vous présente les traditionnels sushis familiaux  (les plats de riz vinaigré).

Cette fois-ci, j’ai ajouté une touche de saisonnalité en utilisant des fleurs et feuilles de cerisier.

Savourez l’arrivée du printemps !!!

 

GÂTEAU DU MOIS

Vous aimez le gingembre?

On trouve énormément d’effets positifs sur la santé liés à la consommation de cette plante.

Ce mois-ci, je vous présente une douceur qui réchauffe en cette période encore frais : Le “walabi-mochi au gingembre”.

Laissez-vous tenter !!!

 

FÉVRIER 2021

MENU DU MOIS

En France, on trouve plusieurs produits de type “légumes séchés”, comme les “champignons séchés” ou les “fruits séchés”.

Au Japon aussi, il existe des produits similaires. Vous pouvez trouver, par exemple, du radis blanc séché (kiriboshi-daikon), de la racine de bardane séchée (hoshi-gobo), de la racine de lotus séchée (hoshi-renkon), de la courge séchée (kanpyo), de la patate douce séchée (hoshi-imo), des champignons “shiitake” séchés (hoshi-shiitake), du kaki séché (hoshi-gaki), etc.

De plus, les Japonais ont également à leur disposition beaucoup de fruits de mer séchés, de poissons séchés et d’algues séchées.

L’avantage de ces produits, c’est qu’ils peuvent se conserver plus longtemps.

De plus, justement parce qu’ils sont séchés, ils ont des saveurs et des nutriments très concentrés.

Parfois, ils permettent à eux seuls de donner le goût “umami” aux plats, sans même avoir à utiliser du bouillon.

Si vous n’ avez pas de légumes séchés dans votre placard, vous pouvez les faire sécher vous même,

en laissant vos légumes coupés 3 à 4 heures au soleil. Après, vous pourrez apprécier leur goût vraiment concentré.

 

GÂTEAU DU MOIS

Le mois dernier, je vous ai montré un dessert “châtaignes au sucre noir” (kuri no kurozato-ni).

Ce mois-ci j’utilise ces châtaignes mijotées pour un autre dessert.

“Le mont blanc” est mon gâteau français préféré.

Chaque fois que je trouve une nouvelle pâtisserie, c’est le gâteau que j’essaie. Et quand j’ai fini de le manger, j’ai envie de le savourer encore…

C’est la même chose avec de gâteau “Kokuto-kuri-kinton”: à chaque fois que je finis de de manger, je suis vraiment triste…

Pour le préparer, j’ai gardé des châtaignes au sucre noir dans un bocal.

Il fallait que je les protège contre un ennemi. Oui, c’était bien moi, l’ennemi….

 

JANVIER 2021

MENU DU MOIS

AKEMASHITE OMEDETO GOZAIMASU!!!

J’espère que vous avez accueilli la nouvelle année avec votre famille avec sérénité malgré la situation sanitaire mondiale.

Je souhaite de mon coeur que cette situation s’améliore très très bientôt!

Cette année , comme d’habitude ,j’ai préparé certains plats du nouvel an.

Le jibuni est un plat traditionnel de la ville de Kanazawa, qui existe paraît-il depuis l’ère Edo (1603-1868).

Normalement on utilise du magret de canard, mais on peut le remplacer par du poulet ou parfois des oiseaux sauvages.

Au Japon, on ajoute d’autres ingrédients typiques de la région kanazawa. comme de la pousse de bambou ou du fu (un produit à base de gluten) que j’utilise d’ordinaire.  Malheureusement cette fois-ci, je n’ai pas pu les utiliser mais j’ai employé un autre ingrédient vraiment indispensable : le wasabi.

Même si vous n’aimez pas le wasabi, il faut en ajouter sinon ce n’est pas vraiment le goût du “jibuni”.

Bien sûr, n’en ajoutez pas trop!!!

 

 

GÂTEAU DU MOIS

Comme le “Kuri no shibukawa-ni” que j’ai déjà proposé, le “Kuri no kurozato-ni” peut se conserver longtemps dans un pot, de la même manière que la confiture. (mais je recommande toutefois de le garder au frais)

On l’utilise pour la cuisine et bien sûr, pour les gâteaux.

Moi aussi, quand je trouve de bonnes châtaignes, je prépare ces pots pour les conserver en me réjouissant à l’avance des recettes que je vais essayer.

Je lave les pots, je les chauffe pour les désinfecter, puis j’ y mets les châtaignes préparées. Une fois qu’elles ont refroidi, je les range dans un placard au frais, très satisfaite de mes provisions de châtaignes qui pourront se conserver longtemps.

Hélas, parfois, elles sont terminées en une semaine.

Eh oui, je les déguste sans patience…

 

Cette fois-ci, il est un peu trop tard pour les préparer, mais essayez d’en faire la prochaine saison!!!

 


Haut de page